No War - No Refugee
No NATO - No Refugee

Country Information

Here you find background information on Guinea, Iran, Kurdistan, Türkei.

You are here

La liberté de circulation est pour tous!

La première audition contre la Residenzpflicht d'Ahmed Sameers? la protestation sera tenue au tribunal de Gotha, Justus-Perthes-Strasse 2, chambre 214, le 21 de juin 2004. La raison pour laquelle je lutte contre la loi de résidence obligatoire "residenzpflicht" contre les réfugiés en Allemagne Du moment même où les réfugiés sollicitent l'asile en Allemagne, cela commence à devenir graduellement claire que presque toutes lois et institutions régissant la procédure d'asile ne vont pas en son/sa encontre Du centre de réception (ZAST) aux camps qui sont toujours situés au milieu des forêts, il est clair que des réfugiés soient censés pour être isolés dans les sociétés traditionnelles et pour ne pas être permis d´interagir à la population locale et aux réfugiés et migrants vivant dans d'autres villes.

Mon nom est Ahmed Sameer, je suis arrivé en Allemagne en mai 2002 à Jena Forst au centre de Thueringen en Allemagne de l'Est, j'ai vécu dans le renommé camp de réfugié à Tambach-Dietharz pendant presque 2 ans avant d'être transféré à Waltershausen dans la zone de Gotha. Je suis Palestinien. J'ai vécu la majeure partie de ma vie en tant que réfugié à Jenin-partie du territoire occupé par Isreal. J'ai souffert de la restriction et l´humiliation insupportable sous ce système qui continuer toujours à exister. Comme tous autres Palestiniens qui s'opposent à l´occupation et lui résistent d´une manière ou d´autre , j'avais vécu dans de telles conditions et ses effets dévastateurs sachant que je ne vis pas dans une société libre. Quand j'ai cherché l'asile ici en Allemagne, je n'ai jamais pensé vivre sous des conditions semblables à ce que j´ai vécu à Jenin. Ici, voir même un docteur en dehors de ma zone "Landkreis" exige une permission écrite que les autorités ne me donneront jamais. Pour voir mon avocat, c'est la même expérience. Récemment,un poste de travail m´a été offert à Jena, mais fut refusé d´y aller par les autorités parce qu'ils affirmaient que j´étais censé rester dans le camp de Gotha. La plus mauvaise de toute est la connaissance par les autorités de mon engagement comme réfugié politiquement actif. Toute ma vie, je n'ai jamais vécu dans un endroit où mon droit comme être humain est respecté. Mais je n'ai jamais accepté les violations de mes droits aux lesquelles j'ai toujours résistées et lutter contre elles. Cela ne sera pas différent en Allemagne. La section de la loi sur les étrangers qui exige l'obtention d´une permission écrite du bureau des étrangers avant que je puisse quitter de la zone où je vis est une violation de mon droit élémentaire de base à la libre circulation. Cette condition rend impossible tout plan pour le futur. C'est parce que mon déplacement dépend du fait que je sois permis par le bureau des étrangers de quitter ou de ne pas quitter de ma zone. L'article 1 de la constitution allemande et article 2 du paragraphe 1 garantit le droit à la dignité humaine et le droit au développement de la personnalité humaine respectivement. Sans doute et pratiquement la loi d'obligation à résidence est une violation de base de ces dispositions constitutionnelles étant donné que toute information personnelle et projets soient révélés aux fonctionnaires du bureau des étrangers toutes les fois que je fais une requête afin d´obtenir une permission pour quitter de ma zone . C'est également une violation de mon droit quand on considère que mon confinement à une zone particulière à patir du moment que je ne suis pas un prisonnier limite extrêmement ma capacité de développement contraire aux dispositions de la constitution allemande. La loi d'obligation à résidence obligatoire est davantage une violation de tels traités internationaux comme la convention de Genève, la déclaration universelle des droits de l´homme et convention de droit européenne et droit des peuples dont l'Allemagne est signataire et qui garantit le droit à la libre circulation. En Allemagne, je suis devenu politiquement motivé par le Voice forum de Jena et la Caravane afin de me joindre à d'autres réfugiés pendant la préparation et organisation du camp de frontière antiraciste à Jena et le tour de la Caravane dans toute l´Allemagne pour les droits des réfugiés et des migrants en 2002. Présentement je prends part à la plateforme de la caravane pour les droits des réfugiés et la campagne contre les camps afin d´apporter du support aux réseaux d´organisation indépendante contre contre la Residenzpflicht. camp , déportation et exclusions. En tant que membre d´un groupe indépendant-organisé par les et pour les réfugiés; Le forum de réfugié de Voice et Caravane-pour les droites des réfugiés et des émigrants en Allemagne, je suis lié à l'associé avec d'autres réfugiés et participer aux événements publics en dehors de ma zone comme chaque être humain normal. C'est simplement un exercice de mon droit à la liberté d'expression et d'association. Mais faire ceci sans permission écrite attire une punition de l'état. Non seulement ceci viole mes droits, c´est une discriminatoire, répressif et raciste lorsque je suis soumis aux humiliations publiques résultant des contrôles de police en dehors de ma zone. Comme un activiste de droit de l'homme je trouve cette loi dans la même lancée que la loi pde ségrégation en Afrique du Sud. Noirs et d'autres non-blancs étaient demandés d´obtenir une permission écrite afin qu'ils puissent aller en dehors de leurs habitations . Aujourd'hui, moi et tous les demandeurs d'asile sont exigés de faire de même chose afin de pouvoir quitter leurs districts. C´est un moyen de répression et un pavé pour la brutalité policière et pratique raciale. La protection contre la persécution politique dans ce pays ne me fait pas un criminel ou sous-humain qui devrait être incarcéré dans un camp de détention derrière les barbelés. Le traitement résultant de cette loi se concluc par la torture mentale et psychologique en ma personne. La loi de résidence non seulement ne me déshumanise et criminalise pas mais nm'empêche d´informer le public concerné par cette situation de la situation actuelle dans les territoires occupées de la banque de Gaza et de la bande occidentale. Cette loi est injuste et je la considère comme ma responsabilité de lutter contre l'injustice et l'oppression n'importe où et ´tout moment indépendamment 'd'où il vient ou dans quelle forme elle vient . Les vriaies valeurs de n'importe quelle société est son adhérence à la liberté du peuple qui compose cette société. La libre circulation ne peut pas être injustement niée un groupe de personnes qui ne sont pas des criminels simplement en raison de leur statut socio-légal. La droite à la libre circulation doit être nécessairement sans visibilité à la polarisation des inclinations de couleur, de race, de sexe, de religion, inclinations socio-culturelles et politiques parce qu'une société où certains ne sont pas libres est une société où aucun n'est libre. On doit simplement comprendre que mon combat contre cette loi comme un combat pour le regain de ma dignité humaine. Si la conséquence de mon combat contre cette loi se doit de rester en prison, je l´accepterai volontiers car je ne suis pas disposé à compromettre mon droit naturel et constitutionnel à la libre circulation, d´association et d'expression. J'ai continué à instruire le public allemand au sujet de mes inquitudes et convictions contre la persécution systématique des réfugiés et des migrants par les lois et les décrets discriminatoires de l´état allemand qui criminalisent les étrangers. J'exige de tous les activistes et du public d'exprimer leur solidarité et soutien de protestation de réfugié contre la restriction de mouvement « Residenzpflicht » y compris la déportation et l'exclusion. Que tous les engagements et soutien de la protestation des réfugiés et de la désobéissance civile contre la Residenzpflicht doivent traduire les efforts des réfugiés de combattre pour une société allemade ouverte venant de la base sans discrimination. J'exige sincèrement l'abolition de la loi de la Residenzflicht, la loi de résidence obligatoire contre les réfugiés. Ahmed Sameer Ahmed Alhusseine, Gemeinschaftsunterkunft, Eisenacher Landstr.72, 99880 Waltershausen.

Language: 
Campaign: 

Der Kampf von Flüchtlingen braucht Geld!

Die Karawane ist maßgeblich auf Spenden angewiesen. Unsere Organisation besteht überwiegend aus Flüchtlingen, die (wenn überhaupt) nur über sehr geringe finanzielle Mittel verfügen. Aus diesem Grunde haben wir 2008 den „Förderverein Karawane e. V.” gegründet. Unser Verein ist als gemeinnützig anerkannt und kann deswegen auf Wunsch Spendenquittungen ausstellen, so dass sie steuerlich absetzbar sind. Wenn bei der Überweisung die Adresse mit angegeben wird, verschicken wir die Spendenbescheinigung automatisch spätestens am Anfang des Folgejahres.

Kontakt: foerderverein(at)thecaravan.org

Unsere Bankverbindung lautet:
Förderverein Karawane e.V.
Kontonummer
: 40 30 780 800
GLS Gemeinschaftsbank eG
BLZ: 430 609 67

IBAN: DE28430609674030780800
BIC: GENODEM1GLS

Events

M T W T F S S
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 

Syndicate

Subscribe to Syndicate