You are here

Lettre ouverte de "Black-African-Community" en Allemagne au monde

• Oury Jalloh

Jeune homme de 21 ans , originaire de la Sierra Léone et vivait en Allemagne dans la ville de Dessau. Pére d’un enfant qui a été donné en adoption sans son consentement et dont il se battait pour retrouver, et son enfant et tous les droits qui lui revenaient en tant que pére. C’est alors qu’il rentrait de la boite de nuit oú il était la veille qu’il se fait interpeller le matin au environs de huit heures par deux agents de la police de Dessau le dimanche 07 janvier 2005. Ils ont prétendu lui reprocher d’avoir offensé une balayeuse de rue. C’est ainsi qu’Oury Jalloh fût conduit dans le poste de police .Aprés avoir été fouillé jusqu’á dans son intimité, il fût conduit dans la cellule numéro.5 oú les agents de police lui mis les menottes aux pieds et aux poignets.Ainsi Oury était couché horizontalement un poignet et les deux pieds fixés sur le lit et le deuxiéme poignet fixé au mur ce qui rendait impossible á 99% les mouvements de Oury. Aux environ de 11 heures 30 Minutes, l’incendie se déclare dans la cellule oú était attaché nôtre frére et Oury Jalloh est retrouvé mort calciné.

La police et l’administration allemande essayent de commun accord de câcher la vérité et se presse de déclarer que Oury se serait suicider et décider de classer l’affaire. Thése que nous avons tout de suite rejeté pour plusieur raison :

- Le matelat oú était attaché Oury était superficiellement inflammable
- Il était impossible á Oury vue qu’il était attaché mains et piedsd’altérer ce matelas et d’y mettre le feu ensuite.
- Les deux agents de polices qui ont fouillés Oury avant de le mettre en cellule avouent n’avoir pas trouvé de briquet sur lui et insistent qu’ils ont bien fait leur travail.
- Lorsque le feu s’est déclaré dans la cellule d’Oury et que le systém d’alarme s’est déclenché, l’un des agents de police responsable ce matin lá de lui a eteint l’alarme á plusieur reprises sans aller voir ce qui se passait.
- Aprés quelques jours seulement, il apparait un briquet montré par le procureur comme étant celui utilisé par Oury qui se trouvait en dessous de lui dans le reste de matelas brûlé.
- Mais les conclusions des expertises dementent totalement les allégations du procureur : Aucun briquet ne pouvait résister á la temperatur existante dans la cellule pendant l’incident, car il aurait purement et simplement explosé.

Aprés avoir excercé des pression de tout genre sur l’administration allemande, nous avons obtenu un procés qui ma foi s’éternisa jusqu’á ce que le juge décide afin décida de lui même d’arrêté ce qu’il avait transformé en procés macabre par ces propos raciste envers le défunt et toute la communauté noire vivante en allemagne. La communauté noire de l’allemagne se pose bien la question si le 59iéme jour de procés qui aura lieu ce lund.08.12.08, sera la fin du double supplice infligés á la famille de Oury Jalloh, ou bien ce jour nous apportera la confirmation que l’allemagne n’est pas un état de droit, et si elle en était un. Est ce que le noir est percu dans ce pays comme un être humain ou plutôt les génes du racisme dans cette sphére est encore si profonde qu’avant les années 1930.

De toutes les facons, la tentative de l’administration allemande d’intimider Mouctar á travers divers harcélement et d’achéter le résignation de la famille montre qu’il y’a une concréte volonté de celle-ci de libérer les policiers responsable de la mort de Oury Jalloh et de cacher aux yeux du monde la cruauté de la réalité de la vie des noirs en allemagne. Mais mal leur en a pris, puisqu’ils ont compté sans nôtre détermination á dénoncer, reclammer la vérité et de ne laisser plus personne en ce siécle maltraité les membre de la communauté noir dans ce pays comme celá avait toujours été la coutûme par le passé.

Et pour ce fait nôtre mobilisation se veut non seulement régionale,mais nationale et internationale.
Pour illustrer l’ampleur du phénome en Allemagne, quelques cas plus ou moins similaires en Allemagne.
Pour plus d’information :
http://ouryjalloh.wordpress.com/prozesstermine
http://initiativeouryjalloh.wordpress.com
http://prozess.projektgegenpart.org

• Deuxiéme cas : Domique Koumadio

Originaire de la République Démocratique du Congo et âgé seulement de 23 ans. Il vivait dans la ville de Dortmund oú il a été froidement tué á bout portant le 14 Avril 2007 en pleine rue par un policier faisant partie d’une patrouille de trois policiers qui avaient été auparavant appellés par le gérant d’un kiosque qui avait juste remarqué que Dominique se tenait lá prés de son kiosque tenant dans la main un petit poignard. Les policiers arrivés sur les lieux sans aucune raison valable tiraient une balle dans le genou de Dominique, celui-ci tomba et ses bourreaux l’achévérent avec une deuxiéme balle dans le coeur.

Alors que la famille et les amis se battent pour obtenir un procés contre les policiers meurtriers,le procureur de la république classa l’affaire tout en déclarant que cet acte des policiers était la résultante d’une légitime défense. Mais nous somme convaincus que le meutre de Dominique dés était bel et bien motivé par le racisme. Sinon comment expliquer que trois policiers dûment entrainés et formés pour maîtriser des sirtuations les plus dangereuses qu’elles soient, aient été incapables ce jour du 14 Avril 2007 de désarmer un homme seul et detenant juste un petit poignard dans la main.
Pour plus d’infos :
http://thecaravan.org

• Troisiéme cas : N’déyé Maréame Sarr

Originaire du Sénégal, âgée seulement de 26 ans et mére d’un enfant issu de sa vie conjugale.

Le 08 septembre 2001 alors que Maréame se présente chez son ex-mari pour récuper son fils que ce dernier aurait enlevé, ce dernier la police qui par avait dejà été contacté par Maréame pour que ces derniers l’aide á recuperer son enfant et ils lui avaient carrément réfusé leur assistance. Une fois sur les lieux, les policiers pris le partie de l’ex-marie de Maréame, il s’en suit dont une bagarre :L’ex-marie et les deux policiers contre la jeune femme.De nouveau les sentments racistes dominérent la scéne et un policier sortit son arme de service et tira á bout portant sur la jeune Maréame non armée.Malheureusement pour elle arrivée cette derniére décéda.

Le procureur de la république une fois de plus déclara que que le policier a agit en situation de légitime défense et refusa d’ouvrir un procés.Mais nous nous battons depuis lors jusqu’á nos pour que justice soit rendue á Maréame
Pour plus d’infos :
http://www.umbruch-bildarchiv.de

• Quatriéme cas: Layé Alama Condé

Originaire de Siérra Léonne et vivait á Bremen.Suspecté á cause seulement de la couleur de sa peau d’être un vendeur de drogue, Condé est arrêté par deux policiers en civile le 26.12.2004 et conduit dans un commissariat oú il a été retenu jusqu’au jour de sa mort le 7 janvier 2005 de suite d’un excés de métabolisant que lui auraient administrés de force un medecin travaillant avec la police et les deux policiers.Malgré les cris de Condé clamant qu’il n’est nullement pas un dealer, les policiers et le médecin le garda et continuérent á lui adminstrer ce métabolisant qui finit par arracher la vie á Layé Alama Condé. Le procureur dés lors á classer l’affaire comme étant sans suite. Nous nous battons toujour dans cette affaire afin qu’un procés soit ouvert. Car nous avons aprés quelques recherches découvert que Layé Alama aurait été utilisé comme cobaille pour tester le métabolisant permettant de faire vomir
des Dealer qui auraient avalés des pillules de drogue.
Pour plus d’infos :
http://thecaravan.org

Nôtre action ou nôtre inaction contribue soit á lutter contre ce fléau ou soit á le maintenir. Tant que ces crimes impunis se perpétue sous nôtre silence,nous porterons bien même sans le vouloir responsabilité de ce qui a été.

Ils existen bien d'autres cas que nous nous chargerons de vous les énumérer plutard.

Language: 
Campaign: